Institut des hautes études en aménagement et développement des territoires en Europe

]


Accueil > Cycle de formation > Cycle 2016 - 2017 > Session 6 / 14 - 15 septembre / Paris

Session 6 / 14 - 15 septembre / Paris

L’univers des réseaux : des territoires structurés ou débordés ?

Coordination scientifique
- Isabelle Baraud-Serfaty  
- Michel Savy  
- Martin Vanier  


Jeudi 14 septembre 2017
Groupe La Poste – 9 rue du colonel Pierre Avia – Paris 15ème
Métro ligne 8, Balard - Tramway 2, Porte d’Issy


Vendredi 15 septembre 2017
RTE, Tour initiale - 1 terrasse Bellini – Paris La Défense
Métro ligne 1, Esplanade de la Défense – RER A, La Défense Grande Arche


Les territoires sont structurés, irrigués, drainés par des réseaux physiques, qui transportent bien plus que de l’énergie, des marchandises ou des données. En France, le paysage est tenu par quelques grandes entreprises, publiques ou privées, qui se partagent le monde des réseaux, selon des logiques monopolistiques de droit ou de fait. Mais de nouveaux acteurs font irruption dans le monde des réseaux : géants du numérique, gestionnaires de plateformes, opérateurs de la ville intelligente. Chacun, dans une course de vitesse, tente de se positionner au plus haut dans la chaîne de valeur. Comment se transforment les entreprises traditionnelles, quelle est la stratégie des nouveaux entrants et que peuvent les régulations territoriales ?


Jeudi 14 septembre
La Poste, 9 rue du colonel Pierre Avia – Paris 15ème
Salon Marques


09:00
Accueil café


Matinée : La structuration des réseaux de transport
Mot d’accueil du Groupe La Poste et introduction de la session


09:45 – 10:45
Michel Savy  
Réseaux et territoires : une lecture de longue période

L’inscription et les effets des réseaux d’infrastructures de transport sur le territoire se déroulent dans le temps long. On peut distinguer plusieurs phases principales : la construction du réseau de base, son extension et sa densification, enfin sa mise en crise ou sa rénovation par l’apparition de nouvelles solutions exogènes ou endogènes à la technologie du réseau considéré. En s’appuyant principalement sur l’exemple des réseaux ferroviaire et routier en France, à partir du XIXe siècle, l’exposé traitera de la notion controversée « d’effet structurant des infrastructures ».


10:45 – 11:45
Nicolas Quinones-Gil  
Naissance et structuration d’un réseau de services : les cars « Macron »

L’ouverture du marché du transport de voyageurs par autocars par la loi « pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques » de 2015 a déclenché, en deux ans à peine, la création d’une offre inédite de transport interurbain, s’ajoutant aux services ferroviaires et aux divers usages de l’automobile. Le recueil systématique de données permet d’observer les processus de construction des réseaux des opérateurs en place et en particulier la structure géographique et les nouvelles pratiques de mobilité qu’ils dévoilent et suscitent.


12:00 – 13:00
Christophe Ripert  
L’immobilier dans la logistique moderne

La logistique est une fonction essentielle des économies modernes. Son bon fonctionnement appelle une action conjointe des acteurs privés et publics, en particulier en milieu urbain. Une part notable des activités logistiques, précédant ou suivant les opérations de transport, se déroule sur des sites et dans des installations adaptées : centres de tri, entrepôts, etc. L’immobilier logistique est un élément clef de modernisation et d’insertion de la logistique dans le territoire. Sogaris est en la matière un acteur innovant et exemplaire.


13:00 – 14:00
Buffet sur place


Après-midi : les plateformes, nouvelles infrastructures ?


14:00 – 15:00
Isabelle Baraud-Serfaty  
Lorsque la ville des infrastructures bascule vers la ville des usages

La révolution numérique saisit les villes et provoque une profonde transformation de ses modes de production. L’émergence de la « multitude », « l’individualisation de l’individu » et l’importance du temps réel provoquent un glissement serviciel de la ville : alors que, depuis le 19ème siècle, les réseaux d’eau, d’énergie et de transport étaient des clefs pour fournir les services urbains, désormais la capacité à embarquer les usagers prime. Les « agrégateurs », capables d’opérer les nouvelles « infrastructures » de la ville que sont désormais les plateformes, s’affirment comme des acteurs clés qui concurrencent les collectivités locales dans leur rôle même d’autorité organisatrice.


15:00 - 16:00
Stéphane Grumbach  
Collectivités vs plateformes ?

S’appuyant notamment sur l’exemple de la Métropole de Lyon, Stéphane Grumbach   reviendra en détail sur le modèle économique des plateformes, les raisons de leur développement exponentiel et la manière dont elles peuvent se substituer aux traditionnels « services publics ». Il apportera


INSERT_HEAD