Aller au contenu de la page
Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Coordinatrice pédagogique du cycle Territoires et mobilités

Manon Loisel est consultante-chercheuse en politiques publiques territoriales, passionnée par les mutations de l’action locale et des politiques publiques. Elle est diplômée en sciences politiques (IEP de Rennes) et en urbanisme (Institut d’urbanisme de Paris). Depuis 2012, elle accompagne de nombreux territoires dans l’élaboration de leurs stratégies, notamment à travers des exercices de prospective. Elle a rejoint l’agence Partie Prenante après sept ans passés au sein de la Coopérative Acadie, dont trois en tant que co-gérante. Elle est enseignante à Sciences Po Paris (Ecole Urbaine) et a été maitre de conférences associée au CNAM (master Territoires) de 2017 à 2021 (cours de master sur « La société des mobilités »). Depuis 2020, elle est aussi chroniqueuse régulière pour Alternatives Economiques. Elle assure depuis 2019 pour l’Ihédate le pilotage et l’animation du cycle thématique sur les mobilités.

  • Coordination scientifique 🔒

  • Territoires et mobilités 2021-2022 Journée d’échangesBilan à mi-parcours et débats Vendredi 1er avril Web conférence Une journée d’échanges horizontaux entre auditeurs, pour prendre le temps de partager les retours sur le fond et la forme du cycle, faire des propositions pour la suite, et débattre des sujets qui animent la promotion.
  • Territoires et mobilités 2020-2021 Travail collectifJournée d’échanges entre auditeurs 15 avril 2021 Webconférence
  • Cycle annuel 2024 Session 6Décarboner les mobilités : mission impossible ? Du 10 au 11 octobre Nouvelle-Aquitaine Le secteur du transport représente 30% des émissions intérieures de gaz à effet de serre et il est le seul dont le niveau d’émissions reste supérieur à celui de 1990. Alors que nos mobilités sont – et resteront probablement – dominées par la route, les décarboner totalement d’ici 2050 apparait comme une gageure. Les récentes tentatives de tarification et de régulation de la circulation automobile montrent qu’il s’agit d’un sujet politiquement inflammable. Peut-on concilier cohésion sociale et territoriale et neutralité carbone ? Quelles priorités se donner compte tenu du coût des options en présence, de leur acceptabilité sociale et de toutes les externalités qu’elles emportent, en termes d’environnement, de santé, d’équilibre des territoires, etc. Quelle gouvernance des mobilités pour aligner les différentes parties prenantes ? Accès restreint 🔒