Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Cycle 2019

Géographies de l’argent

Circulation des richesses et dynamiques territoriales

L’ambition du cycle 2019 est d’aborder les territoires à travers les flux monétaires et financiers qui les irriguent. Une géographie de l’argent, prise dans son acception la plus large, permet d’articuler les territoires de la finance (où se crée l’argent et comment circule-t-il ?), ceux de l’investissement et de la production (où se crée la richesse ?), ceux de la consommation (où dépense-t-on ?), ceux de l’épargne (où et comment accumule-t-on ?).

Ce faisant, on abordera des enjeux territoriaux majeurs, comme l’évolution des systèmes productifs locaux et leur financement, les mutations de la production urbaine et immobilière, les modalités de la transition énergétique et écologique, les inégalités et les solidarités entre territoires. Car si l’argent circule entre les territoires, il alimente aussi la polarisation spatiale et sociale.

Programme du cycle 2019
PDF - 1.1 Mo
Télécharger

On pense d’abord, bien sûr, à l’extrême concentration de l’industrie financière « globalisée » dans quelques grands centres et aux effets massifs d’accumulation des richesses ainsi produits. Depuis ces centres s’organise l’hyper-mobilité du capital entre les différents marchés d’actifs et entre les territoires. Les normes des marchés financiers – liquidité, rentabilité, risque – tendent alors à s’appliquer à toutes les formes de capital, productif, immobilier, foncier. La cohérence des portefeuilles prévaut sur la cohérence territoriale. La financiarisation alimente des bulles sur certains territoires tandis qu’elle en laisse d’autres totalement de côté.

Mais les intermédiaires financiers ne sont pas uniquement globaux : les systèmes bancaires et de financement nationaux restent assez fortement différenciés. Surtout, ils sont loin d’être les seuls acteurs à orienter la localisation de la richesse.

Les entreprises, tout en étant soumises pour les plus grandes aux logiques du capitalisme actionnarial, déterminent leur choix d’implantation en fonction de critères le plus souvent extra- financiers. L’État, tout en étant soucieux de préserver sa base fiscale et de financer sa dette sur les marchés internationaux, organise un énorme dispositif de réallocation de l’argent à l’échelle nationale, qui rééquilibre partiellement les forces d’agglomération de la globalisation. Les individus, par leur consommation, leurs déplacements, leurs solidarités familiales, jouent également un rôle redistributif majeur.

Alors que l’on observe depuis quelques années un relatif repli de la globalisation financière – manifestation parmi d’autres d’une mutation, sinon d’un reflux, de la mondialisation – quelles sont les perspectives offertes par une « relocalisation » de la finance, misant sur les « circuits courts » de l’argent ? Comment canaliser l’épargne vers des projets et des investissements dont la rentabilité est considérée comme trop lointaine ou incertaine par les acteurs financiers traditionnels ? En un mot, comment financer un développement territorial plus inclusif et plus durable ?

  • Conférence inauguraleLa fin de la paix territoriale ? Mercredi 16 janvier Paris Thierry Pech Terra Nova Les auditeurs sont accueillis par le président de l’Ihédate et l’équipe pédagogique, en présence de représentants du conseil d’administration et du conseil scientifique. La présentation du thème de l’année est illustrée par une conférence introductive. Accès restreint 🔒
  • Session 1Grandes tendances socio-économiques : tous entrepreneurs ? 17-18 janvier 2019 Paris Jean Viard Cevipof, CNRS Quelles sont les grandes forces à l’œuvre derrière les transformations des sociétés européennes ? Dans le temps long, c’est une perspective émancipatrice qui domine : allongement de la vie, libération du temps, émancipation des femmes, montée du niveau d’éducation… Les idéaux sociaux sont désormais centrés sur l’épanouissement de l’individu. Mais l’éclatement des identités collectives laisse le champ libre à la diffusion d’un ethos entrepreneurial à toutes les sphères de la société. Chacun pourvu de son « capital », humain, social, financier, déploie des stratégies éducatives, professionnelles, ou encore résidentielles pour le faire fructifier… Comment, dès lors, faire société ? avec Laurent Davezies, Danièle Hervieu-Léger, Florence Jany-Catrice, Jacques Lévy, Sandra Moatti, Pierre-Henri Tavoillot, Jean Viard Accès restreint 🔒
  • Session 2Acteurs, logiques et territoires de la finance 7-8 février 2019 Paris 15e Frédéric Gilli Sciences po Paris, agence Grand Public Thierry Philipponnat Institut Friedland, CCI Paris-Ile- de-France C’est devenu un truisme d’affirmer que la finance est « hors-sol », déterritorialisée et déconnectée de l’économie « réelle ». Les transformations financières ont pourtant un impact massif sur les reconfigurations territoriales. Le plus manifeste est la géographie extrêmement hiérarchisée de la « planète finance », qui s’incarne dans une poignée de « villes globales » interconnectées. Celles-ci concentrent les acteurs majeurs, les capitaux et les compétences financières les plus sophistiquées. Elles organisent et exploitent l’hyper-mobilité du capital entre les territoires. Alors que le pouvoir financier semble se concentrer, les territoires sont-ils condamnés à tenter de capter des flux qui les dépassent ? Quelle place pour les acteurs locaux de la finance ? Quelles perspectives pour un rapprochement des besoins et des capacités de financement à l’échelle locale ? avec Olivier Crevoisier, Frédéric Gilli, Olivier Godechot, Olivier Klein, Sandra Moatti, Thierry Philipponnat, Yamina Tadjeddine, Yaël Zlotowski Accès restreint 🔒
  • Session 3Capitalisme hyper-industriel et dynamiques territoriales 14-15 mars 2019 Bordeaux Denis Boissard UIMM - Union des Industries et Métiers de la Métallurgie Pierre Veltz Président du conseil scientifique de l'Ihédate Les représentations des systèmes productifs charrient beaucoup de contre-vérités : l’industrie serait en voie de disparition, nous entrerions dans une société de l’immatériel, les robots seraient en passe de tuer l’emploi... Nous vivons en réalité l’avènement d’une nouvelle forme de société industrielle, dans laquelle l’industrie manufacturière, les services et le numérique sont de plus en plus étroitement imbriqués. Mais c’est aussi une société où la présence industrielle reste un facteur de prospérité pour les territoires. Quels sont les atouts et les faiblesses du tissu productif français pour relever les défis de l’âge hyper-industriel ? Comment favoriser des écosystèmes financiers propices à l’innovation ? À l’heure de l’étirement mondial des chaînes de valeur, sur quoi repose l’ancrage local des industries ? avec Laurent Adam, Denis Boissard, Olivier Bouba-Olga, Laurent de Calbiac, Xavier Esturgie, Guillaume Gaston, Jean-Luc Lanoëlle, Alexandre Le Camus, Jean-Marc Offner, Béatrice Oge, Trang Pham, Nicolas Portier, Bernard Uthurry, Pierre Veltz Accès restreint 🔒
  • Mission d’étudeAprès le Brexit, recoudre le territoire ? 8 - 12 avril 2019 Londres / Manchester / Stoke-On-Trent Au lendemain de la sortie officielle du Royaume-Uni de l’Union européenne le 29 mars 2019, nous nous attacherons moins aux détails de l’accord qui aura (ou n’aura pas ou n’aura pas encore) été trouvé, qu’aux fractures territoriales dont le Brexit est le symptôme et aux stratégies qui se dessinent pour y faire face. Dans un pays traversé par de profondes tensions, entre les partisans et les opposants au Brexit, entre le Sud et le Nord, entre l’Angleterre et les autres nations du Royaume, un nouveau pacte doit être construit. Quel avenir pour Londres et pour l’industrie financière de la City ? Avec quelles ressources lutter contre les inégalités territoriales dans un contexte de forte restriction budgétaire ? Quels principes vont guider la renationalisation des politiques européennes ? Se pose enfin l’épineuse question de l’unité du Royaume face aux tentations sécessionnistes. avec Mark Atherthon, Lewis Atter, Pat Bartoli, Christina Beatty, Howard Bernstein, Brown Richard, Lise Butler, Forrest Capie, Jean-Sébastien Dietsch, Michael Edwards, Ben Eley, Colin Ellis, James Evans, Ian Gordon, Steven Griggs, Philippe Guyonnet Dupérat, Alan Harding, Edward Jones, Marian Larragy, Andrew MacPhillips, Ian Palmer, Joe Ravetz, Peter Rees, Gwyn Richards, Enora Robin, Marc Roche, Anna Round, David Rudlin, Julian Ware, Pam Warhust, David Williams Accès restreint 🔒
  • Session 4« L’Europe qui protège », enjeu des élections européennes à l’heure de la montée des populismes 16-17 mai 2019 Bruxelles Jean Quatremer Libération Les citoyens européens n’ont jamais été aussi attachés à la construction communautaire et à l’euro, tous les sondages d’opinion le montrent. Le Brexit et l’élection d’un président américain isolationniste et farouchement anti-européen, en 2016, marquent un tournant dans la prise de conscience de la nécessité de s’unir et non de se diviser. La plupart des partis dit « populistes » (le mot « démagogiques » est plus juste : des solutions simples à des problèmes complexes) ont d’ailleurs adapté leur programme en renonçant à la sortie de l’Union ou de l’euro afin de ne pas effrayer les électeurs.
    Paradoxalement, on constate que le succès de ces partis démagogiques ne se dément pas, même s’ils connaissent un reflux ici ou là. N’y a-t-il pas une contradiction entre attachement à l’Europe et vote pour des partis dont l’ADN est et reste profondément souverainiste ? Inquiets, les partis de gouvernement ont commencé à s’interroger sur les politiques européennes menées depuis une vingtaine d’années. Comment répondre aux angoisses des citoyens européens qui, manifestement, même si cela est variable selon les États, ne croient plus à la fable de la mondialisation heureuse ? La thématique de « l’Europe qui protège » est devenu un enjeu central à la veille des élections européennes : l’Union a un modèle économique, social, fiscal, environnemental ou encore industriel à défendre face au reste du monde qui ne lui veut pas que du bien. 2019, c’est la fin d’une certaine naïveté européenne.
    avec Olivier Bailly, Pierre Bascou, Sophie Cochard, Stefaan De Rynck, Isabelle Magne, Sandra Moatti, Yves Pascouau, Jean Quatremer, Dana Spinant, Timothée Truelle Accès restreint 🔒
  • Session 5Recompositions de l’État et autonomie des pouvoirs locaux Du 6 au 7 juin Lyon Patrick Le Galès Sciences Po, Centre d’études européennes, CNRS Les États européens se reconfigurent sous l’influence de multiples facteurs : processus de globalisation, construction européenne, montée des pouvoirs locaux, autant de transformations qui affectent l’exercice de l’autorité, les modes de pilotage de l’économie, la protection des citoyens. Comment gouverner des sociétés mobiles, fragmentées, inégales ? Comment répondre à la demande électorale de services publics efficaces dans un contexte de raréfaction de l’argent public et d’affaiblissement du pouvoir de taxation ? Quelle autonomie pour les collectivités territoriales dans ce contexte de recomposition de l’État ?
  • Ateliers Du 4 au 5 juillet Les ateliers sont l’occasion d’un travail approfondi en petit groupe. À partir d’une situation territoriale particulière, le travail collectif s’organise au premier semestre avec une session dédiée. Lors du second semestre, les auditeurs produisent un état de leurs réflexions en s’appuyant sur leurs compétences et leurs expériences. Ce travail est présenté à l’ensemble de la promotion lors de la dernière session du cycle co-organisée avec les auditeurs.
  • Session 6Richesses invisibles, richesses des invisibles Du 19 au 20 septembre Paris Saint-Denis Philippe Estèbe Acadie, directeur de l'Ihédate 2008 - 2016 Les territoires diffèrent selon la nature des revenus qui les irriguent. Les transferts sociaux, l’emploi public, mais aussi les mouvements résidentiels des retraités et des touristes dessinent une « circulation invisible des richesses » pour reprendre l’expression de Laurent Davezies. D’autres flux encore échappent largement aux radars de la comptabilité publique : économie informelle, activités illicites, etc. Ces transferts multiples alimentent le débat : quels territoires sont gagnants, lesquels sont perdants ? Qu’en est-il des quartiers de la politique de la ville ? Des territoires ruraux ? Et au sein de chaque territoire, quelles sont les nouvelles formes de l’échange local ?
  • Session 7Investir pour l’avenir Du 17 au 18 octobre Lille Dominique Dron Conseil général de l’économie, ministère des Finances Michel Savy Université Paris-Est Les liquidités n’ont jamais été aussi abondantes, ni l’argent si bon marché que ces dernières années : le problème n’est donc pas la pénurie d’argent, mais les infrastructures financières, la « tuyauterie » capable d’acheminer efficacement l’épargne disponible vers les projets d’avenir. Car les horizons d’investissement et les normes de rentabilité des acteurs financiers privés sont difficilement compatibles avec les exigences de la transition écologique ou le financement de certaines infrastructures. Cette situation réinterroge le rôle des pouvoirs publics. Dans un contexte de forte contrainte budgétaire, comment maximiser l’effet de levier de l’intervention publique ? Comment promouvoir les investisseurs de long terme et le financement d’un développement durable ?
  • Session 8La ville saisie par la finance Du 14 au 15 novembre Paris Champs-sur-Marne Ludovic Halbert CNRS, Ecole des Ponts ParisTech - LATTS La fabrique urbaine s’intègre désormais dans le capitalisme global : la production et la gestion de la ville, du cadre bâti aux infrastructures urbaines, sont devenues le terrain de jeu de grandes firmes, et l’industrie de la finance développe un appétit croissant pour les actifs urbains. Quelles sont les formes et les conséquences de cette financiarisation ? Comment évoluent le financement du logement et celui des services urbains ? Quels impacts sur les formes urbaines, la structuration des territoires et finalement le gouvernement des villes ?
  • Session 9Clôture du cycle 2018 Du 12 au 13 décembre Paris Synthèse des ateliers et bilan du cycle

Les auditrices et les auditeurs

  • Cécile Altaber
    Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET)
  • Christelle Assié
    CDC Direction régionale PACA
  • Hervé Barioulet
    Communauté d'agglomération Grand Besançon
  • Joël Baud Grasset
    URCAUE Auvergne-Rhône-Alpes
  • Viviane Bégoc
    Agence d'urbanisme de la région mulhousienne
  • Valérie Belrose
    DGALN
  • Philippe Bodo
    CAUE de l'Yonne
  • Vincent Bonnafoux
    Alpharà
  • Claire Borsenberger
    Groupe La Poste
  • Laurent Bresson
    DDTM de la Seine-Maritime
  • Moussa Camara
    Les Déterminés
  • Thierry Cann
    Pôle métropolitain du Pays de Brest
  • Catherine Centlivre
    SPLA Paris Batignolles Aménagement
  • Stéphan Chaligné
    UIMM Loiret-Touraine
  • Pierre-Henri Chapt
    Communauté d'agglomération Villefranche Beaujolais Saône
  • Jérôme Combe
    EDF - Direction Commerce Ile-de-France
  • Olivier Comte
    Ville de Paris - Mission métropole du Grand Paris au SG
  • Pascal Debay
    CGT Union Meurthe et Moselle
  • Nicolas Delecourt
    Fédération régionale des Travaux publics Hauts-de-France
  • Claire Delpech
    AdCF
  • Thierry Eve
    EDF - Direction Commerce Ile-de-France
  • Jérémy Favriot
    RTE - Sud Ouest
  • Christophe Felder
    ONF
  • Jean-Hubert Félix
    RTE - Délégation Méditerranée
  • Eloïse Foucault
    France urbaine
  • Nicolas Gaubert
    Fédération Nationale des TP
  • Benoît Gerardin
    Linkcity
  • Jean-Michel Gibon
    UIMM Manche
  • Benjamin Grebot
    Agence d'urbanisme de Brest-Bretagne
  • Christine Guinard
    DDTM du Rhône
  • Louise Harand
    Commissariat général à l’égalité des territoires
  • Frédéric Hauville
    SMA BTP
  • Benoît Joxe
    Chambre nationale des huissiers de justice
  • Rachid Khaddouchi
    Conseil national des villes
  • Denis Larribau
    Chambre régionale des comptes Auvergne-Rhône-Alpes
  • Régine Le Mouël
    SNCF Réseau
  • Julien Loyer
    Bleu Blanc zèbre
  • Alexandre Magny
    GART
  • Grégory Martin
    CFDT URI Occitanie
  • Rodolfe Masson
    CDC Direction des prêts
  • Radoine Mebarki
    Mouvement national pour le repreneuriat
  • Fabien Menu
    DDT du Tarn et Garonne
  • Jean-Christophe Merkler
    Groupe La Poste - Bretagne
  • Gabrielle de Nadaillac
    CGET DVCU
  • Chantal Nonnotte
    CDC Nantes
  • Serge Novais
    ENEDIS
  • Cédric de Penfentenyo
    Gendarmerie nationale Direction générale
  • Catherine Petillon
    France culture
  • Jean-Philippe Pichet
    SNCF Réseau
  • Pascal Pinet
    Région Occitanie
  • Martine Poirot
    Communauté de communes du Bassin de Pompée
  • Gilles Polart
    Ceetrus France
  • Sylvain Pollet
    Société du Grand Paris
  • Perrine Simian
    CGET DVCU
  • Charlotte Sorrin
    Métropole de Bordeaux
  • Yann Thoreau la Salle
    Ville de Lille
  • Christian Tournadre
    CGET
  • Anne Valachs
    SERCE
  • Cécile Vernhes-Daubrée
    Région Nouvelle-Aquitaine
  • Sylvain Virlogeux
    By Synergy Group