Exemples de recherches:
  • enfant étranger : les textes contenant «enfant» et/ou «étranger»
  • +enfant étranger : les textes contenant obligatoirement «enfant», éventuellement «étranger»
  • "enfant étranger" : les textes contenant exactement la séquence «enfant étranger»
S’identifier 🔒

Recherche :
« Les riches en France  »

  • Territoires et mobilités 2024 Session 2 25 avril 2024 Résistances et conflits : la route face à une crise de représentation Charlotte Halpern Sciences Po, Centre d’études européennes et de politique comparée Chantal Jouanno Accenture Maxime- Yasser Abdoulhoussen Ministère Intérieur / Préfecture du Tarn Dans le Tarn, le projet de construction d’un tronçon de 53 kilomètres de l’A69 reliant Toulouse et Castres a conduit depuis plusieurs mois à une forte mobilisation, sur la base d’une coalition entre associations environnementales et scientifiques. Nouvelles déviations ou contournements routiers, tunnels ferroviaires, extensions d’aéroport, … les projets d’infrastructures de transport sont de plus en plus sources de conflits. La perspective de la sortie des énergies fossiles amplifie cette tension, car elle implique des choix énergétiques controversés : réouverture de mines de lithium ou programmation de nouveaux EPR. Lors de cette table-ronde, nous croiserons l’approche par un projet précis (avec Maxime-Yasser Abdoulhoussen, directeur de projet auprès du préfet du Tarn) et une approche plus large de la question de l’acceptabilité (avec Chantal Jouanno, ancienne présidente de la CNDP). Accès restreint 🔒
  • Territoires et mobilités 2024 Session 2 25 avril 2024 Échanges européens : comment dépasser le traumatisme de la taxe ? Visio avec des correspondants européens Barbara Lenz Laurent Franckx Énergie et Transport Vincent Bourquin Mouvement des Bonnets Rouges contre la taxe poids-lourds en 2013 ; mouvement des Gilets Jaunes en réaction à l’augmentation du prix des carburants automobiles issue de la hausse de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) en 2018 : en France, le levier fiscal est désormais synonyme de levées de boucliers chez les usagers. Le traumatisme “post Gilets Jaunes” des acteurs publics s’incarne par la promesse récurrente de ne plus augmenter les impôts. Mais chez nos voisins européens, la situation est sensiblement différente. Quelles sont les taxes qui ont été votées récemment ? Et comment les gouvernements font-ils pour rendre ces mesures acceptables ?
  • Territoires et mobilités 2024 Session 2 25 avril 2024 Trouver des fonds dans un contexte de tensions sur la dette ? La mobilisation des financements privés Pierre Sorbets Institut de la gestion déléguée Il y a en France comme dans le monde suffisamment d’épargne pour financer les virages attendus en matière de mobilités. Mais mobiliser cette dernière suppose de résoudre le trio durée/risque/rentabilité, pour un coût compatible avec les paramètres des projets envisagés. Cette intervention sera l’occasion de parcourir un large éventail de solutions de nature économique (quel partage de risque ?), juridique (quel cadre choisir dans le cadre du code de la commande publique ?) et financière (quels apports en capital et en crédit, par qui et à quel prix ?). Accès restreint 🔒
  • Territoires et mobilités 2024 Session 2 24 avril 2024 Panorama du mille-feuilles d’acteurs Pierre Van Cornewal Think tank TDIE David Zambon Cerema La gouvernance de la route, éclatée pour des raisons fonctionnelles et historiques, relève de plusieurs niveaux d’administration. David Zambon, directeur général adjoint et directeur infrastructures transport et matériaux du Cerema et Pierre van Cornewal, délégué général de TDIE discuteront de la complexité de la gouvernance de la route et des conséquences de la dispersion de l’ingénierie qui en découle. Cette dernière remet-elle en cause la place de la France considérée comme un de leaders en matière de construction de chaussées et d’ouvrages ? Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 3 5 avril 2024 Les enjeux industriels de la transition énergétique David Cousquer Trendeo Olivier Durteste UIMM Udimétal Hauts-de-France Fabien Richard Caisse des dépôts La désindustrialisation explique une bonne part de la réduction des émissions territoriales de gaz à effet de serre et des consommations énergétiques de la France depuis le début du siècle. De fait, une partie importante de ces émissions « effacées » en France se retrouvent aujourd’hui dans les importations nationales. Un scénario de réindustrialisation, assis sur une énergie française bas-carbone, serait de ce point de vue un progrès pour l’empreinte carbone nationale et les émissions mondiales.
    Mais la transition énergétique suppose de nouveaux équipements et des besoins de matériaux qui sont aujourd’hui massivement importés, notamment de Chine (pompes à chaleur, batteries, panneaux photovoltaïques, minéraux raffinés…). Sans stratégie de reconquête industrielle, sa montée en cadence peut se traduire par un considérable creusement des déficits commerciaux français (déjà élevés). Quelles sont les évolutions européennes et nationales à même de favoriser cette reconquête ? Où en sont les projets de gigafactories et les « vallées industrielles » européennes orientées vers les transitions ? Quelle est la stratégie mise en place en Europe et en France pour sécuriser les approvisionnements en matériaux stratégiques ?
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 3 5 avril 2024 Pavillon des Maquettes
    2502 Rte de l’Écluse Trystram, 59140 Dunkerque
    Réseaux énergétiques et aménagement du territoire Vivien Molinengo Réseau de Transport d’Electricité Claire Peron Enedis La montée en puissance de l’électricité dans notre mix-énergétique, à partir d’une combinaison de productions plus diverses et décentralisées, constitue un considérable chantier industriel pour apparier à tout instant l’offre à la demande, gérer l’intermittence, multiplier les points de raccordements - branchements, accroître les solutions de stockage (STEP, batteries, hydrogène par électrolyse…) et de recharge. Comment les gestionnaires de réseau (RTE, Enedis) préparent-ils le réseau national aux défis de ce changement de modèle ? Quels sont les outils de planification territoriale et d’aménagement du territoire sur lesquels s’appuient les opérateurs ? A quels enjeux d’acceptabilité sociale ont-ils à faire face ? Comment réguler la demande finale d’électricité et effacer les « pointes » de consommation ?
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 3 5 avril 2024 Décarboner la fonderie : Visite du site d’Aluminium Dunkerque Groupe 2 Sylvain Delenclos Aluminium Dunkerque Benoit Laplace Aluminium Dunkerque Aluminium Dunkerque est la plus grosse fonderie d’Europe et le plus gros consommateur électrique français. L’aluminium, très léger, est plébiscité pour la transition bas carbone, notamment dans l’automobile ou comme alternative au plastique, et le site prévoit de doubler sa production d’ici 2050). Mais sa production requiert des quantités astronomiques d’énergie : l’usine consomme l’équivalent d’une demi-tranche de la centrale nucléaire voisine de Gravelines. Comme le site d’ArcelorMittal, Aluminium Dunkerque fait partie des cinquante sites industriels les plus émetteurs de gaz à effet de serre en France. Mais pour investir dans sa décarbonation, l’industriel demande davantage de visibilité sur les coûts à venir de l’électricité décarbonée. Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 3 5 avril 2024 Décarboner la sidérurgie : Visite du démonstrateur du site d’Arcelor Groupe 1 Vincent Pudys Arcelor Mittal Vania Santos-Moreau IFPEN Laurent Viellard IFPEN Le site d’ArcelorMittal à Dunkerque est le premier producteur d’acier en France. Il émet de l’ordre de 12 MtCO2/an soit 15% des émissions industrielles nationales. 1,8 milliards d’euros d’investissements sont prévus sur ce site pour décarboner la production d’acier, avec le soutien financier de l’Etat dans le cadre des engagements pris par les 50 sites industriels les plus émetteurs. Outre l’installation d’une nouvelle unité de « réduction directe du fer » et le remplacement de deux des trois hauts fourneaux par des fours électriques d’ici à 2027, la stratégie du groupe repose également sur des technologies de captage du CO2 (procédé DMX). Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 3 4 avril 2024 Efficacité énergétique et décarbonation d’un territoire : le cas de Dunkerque Jean-François Vereecke AGUR Xavier Dairaine Grand Port maritime de Dunkerque Le bassin de vie de Dunkerque illustre toutes les facettes de la transition climato-énergétique. Avec plus de 100 tonnes équivalent CO2 par habitant, il est le plus émissif de France en inventaire territorial même si cela est sans rapport avec ses propres consommations finales et l’empreinte carbone de sa population. Ce territoire est très engagé dans les efforts de sobriété, d’optimisation des flux matière et énergétiques (chaleur fatale), d’adaptation aux effets du changement climatique, d’électrification du mix énergétique (nouveau nucléaire, parc off-shore…), d’accueil des industries nécessaires aux transitions (batteries, hydrogène, semi-conducteurs…), d’amélioration de la qualité de l’air.
    Flandre-Dunkerque-territoire d’économie symbiotique_Jean-François Vereeke
    Télécharger (45.8 Mio)
    Comment territorialiser la transition énergétique ?_Xavier Dairaine
    Télécharger (16.6 Mio)
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Mission d’étude 12 mars 2024 Déambulation du Parque Central vers la Turia –  Hala Zouad, doctorante à l’université Gustave Eiffel spécialisée sur les liens entre espaces de mobilité et de réchauffement urbain.
    –  Nacima Baron, encadrante de la mission d’étude, professeure de géographie humaine à l’université Gustave-Eiffel, membre senior de l’Institut universitaire de France
    –  Madeleine Fourtune, encadrante de la mission d’étude, étudiante en stratégies territoriales et urbaines à Sciences Po
    –  Noémi Ponzo, encadrante de la mission d’étude, étudiante en stratégies territoriales et urbaines à Sciences Po
    –  Maxime Orieux, encadrant de la mission d’étude, étudiant en stratégies territoriales et urbaines à Sciences Po
    –  François Poujaud, encadrant de la mission d’étude, étudiant en urban policy à Sciences Po et LSE
    Accès restreint 🔒
  • Territoires et mobilités 2024 Session 1 28 mars 2024 Mobilités : de la course à la vitesse économique à la recherche du « bien commun » Yves Crozet Laboratoire Aménagement Economie Transports (LAET) En France et en Europe, les politiques publiques ont longtemps encouragé les déplacements motorisés. Les investissements dans les infrastructures routières et ferroviaires et les services de transports collectifs en témoignent tout comme l’ouverture à la concurrence et la recherche de la baisse des coûts. Combinés à la hausse tendancielle du pouvoir d’achat, ces choix ont conduit à un accroissement tendanciel des distances parcourues, sous-produit de la hausse de la « vitesse économique ». Mais depuis le début du XXIe siècle, de nouvelles priorités s’imposent, les engagements climatiques modifient progressivement ce que l’on entend par « bien commun ». La régulation des mobilités, dans leurs trois composantes (transports, activités, localisations), entre progressivement dans une nouvelle ère où se mêlent action par les prix et action sur les quantités. Jusqu’où pourraient aller ces transformations dans le domaine de la tarification et de la taxation des routes et des autoroutes ?
    Mobilités et bien commun tendances, inflexions, ruptures - Yves Crozet
    Télécharger (6.3 Mio)
    Accès restreint 🔒
  • Territoires et mobilités 2024 Session 1 28 mars 2024 Mobilités et décarbonation : où en sommes-nous ? quelles sont les marches à franchir ? combien pèse la route ? Aurélien Bigo Chaire énergie & prospérité Le secteur des transports est le premier émetteur de gaz à effet de serre en France. Il représente de l’ordre de 30 % des émissions nationales, dont 20 % pour la seule mobilité des personnes. C’est aussi le seul secteur en France dont les émissions sont supérieures à 1990. L’écart avec les objectifs apparaît de plus en plus important au fil des années. Les 5 leviers de réduction des émissions de la stratégie nationale bas-carbone (SNBC) seront présentés et leur contribution à l’évolution passée des émissions sera développée, afin d’expliquer les tendances de ces dernières années et le retard pris sur les objectifs climatiques. Enfin, les scénarios d’évolution de la mobilité, fondés sur les tendances actuellement observées et les attentes sociétales, seront envisagés. Il s’agira in fine d’identifier la contribution possible des différents leviers pour aller vers une mobilité compatible avec les engagements climatiques de la France.
    Mobilités et décarbonation - Aurélien Bigo
    Télécharger (1.2 Mio)
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 2 9 février 2024 Planification écologique : la démocratie y survivra-t-elle ? Thierry Pech Terra Nova Les colères grondent. Les partis populistes tentent d’agréger tous les mécontents de la transition écologique. Faut-il désespérer de la démocratie pour piloter le changement ? Que nous enseignent les expériences des conventions citoyennes ? Ne faut-il pas repenser les modes de prise de décision et surtout d’exécution des politiques publiques ?
    Planification écologique la démocratie y survivra-t-elle - Thierry Pech
    Télécharger (1.5 Mio)
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 2 8 février 2024 Fixer le cap Léa Dardenne SGPE Créé en 2022, le secrétariat général à la planification écologique matérialise l’engagement du gouvernement en faveur d’une transition écologique planifiée. Selon quelles méthodes et suivant quels arbitrages les curseurs de cette planification ont-ils été fixés ? En quoi la France se distingue-t-elle d’autres pays européens en matière de planification écologique ? Et quelle place est accordée à la territorialisation de cette planification ?
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 1 19 janvier 2024 Est-il réaliste d’ignorer la post-croissance ? Eloi Laurent Observatoire français des conjonctures économiques La post-croissance regroupe l’ensemble des approches visant à dépasser le Produit intérieur brut (PIB) et la croissance économique pour inventer des modèles économiques calibrés pour les défis du 21e siècle. Elle est en plein essor dans le monde académique comme dans les enceintes européennes et internationales. Ces courants de pensée foisonnants sont à la fois mal connus et caricaturés en France où la dernière initiative en la matière remonte à près de dix ans. Mais est-il réaliste d’ignorer la post-croissance quand les inégalités explosent et que la biosphère s’effondre ?
    Est-il réaliste d’ignorer la post-croissance - Eloi Laurent
    Télécharger (4.4 Mio)
    Accès restreint 🔒
  • Cycle annuel 2024 Session 1 18 janvier 2024 Les futurs en transition David Marchal ADEME L’ADEME a publié fin 2021 quatre scénarios contrastés permettant d’atteindre la neutralité carbone en France à l’horizon 2050. Ces scénarios avaient vocation à alimenter les débats autour de l’élaboration de la Stratégie nationale bas carbone. A l’heure de la planification écologique et de sa territorialisation, quelle est l’utilité de ces travaux de scénarisation nationaux, quels en sont les apprentissages pour l’élaboration des planifications territoriales ?
    Les futurs en transition - David Marchal
    Télécharger (14.7 Mio)
    Accès restreint 🔒